Karen a 20 ans, elle habite Preuschdorf et va entamer sa 3ème année de licence STAPS en mention Activité Physique Adaptée et Santé dans le but de devenir éducatrice médico-sportive. Outre ses qualités sportives, elle possède également de grandes qualités humaines qu’elle a mises au profit de l’Abrapa cet été. En juillet elle a assuré une mission de remplacement de 3 semaines à l’antenne de Niederbronn. Retour sur son expérience à l’Abrapa en 10 questions-réponses !

1) Comment avez-vous postulé à l’Abrapa ? Alors que j’étais à la recherche d’un job pour cet été 2021, une amie m’a signalé que l’Abrapa recrutait, j’ai ainsi décidé de postuler.

2) Quelles étaient les tâches à effectuer ? J’ai principalement effectué du ménage : dépoussiérer, passer l’aspirateur et la serpillère, la salle de bain, la cuisine, les vitres. J’ai quelques fois repassé et étendu le linge.

3) Chez combien de bénéficiaires êtes-vous intervenue ? Durant ces 3 semaines, j’ai dû intervenir chez 13 bénéficiaires.

4) Pourquoi avoir choisi ce job ? J’ai à cœur, depuis quelques temps, les personnes âgées et le souhait de travailler auprès d’eux plus tard. Travailler à l’Abrapa était l’occasion pour moi de créer un premier contact, d’avoir une expérience avec ce public.

5) Que vous a-t-il apporté ? Ma perception des personnes âgées a été la première chose impactée par mon travail à l’Abrapa. J’ai appris à les connaitre et à les comprendre, comprendre leur quotidien et surtout les difficultés et besoins qu’ils rencontrent à cet âge-là. J’ai compris à quel point il était important qu’on les considère davantage. Puis plus personnellement, j’ai grandi en maturité et en une certaine conscience de la vie. C’est assez étrange à expliquer, mais côtoyer des personnes âgées ouvre les yeux sur le fait de prendre soin de sa vie ; sa santé, ses relations…

6) Aviez-vous déjà travaillé dans le domaine de l’aide à la personne ? J’avais déjà eu une expérience auprès de personnes âgées, lors de mon stage de découverte (en 3e) dans un EHPAD. J’avais passé quelques après-midis avec les résidents.

7) Seriez-vous intéressée par d’autres missions de ce type ? Oui, si j’ai la possibilité d’apporter mon aide et de pouvoir soulager ces personnes âgées, je n’hésiterais pas.

8) Selon vous, quelles sont les qualités requises pour exercer ce job ? A mon avis, il est nécessaire d’avoir de l’amour pour les personnes âgées. C’est personnellement ce qui m’a beaucoup encouragé et aidé dans le travail que j’avais a effectuer. Pour être efficace dans chacun des lieux, la bienveillance, le respect et l’honnêteté ont été des qualités majoritaires.

9) Pensez-vous qu’on peut faire un parallèle entre votre passion pour le sport (elle fait de l’athlétisme en compétition) ? Le parallèle que j’aimerai faire entre ma passion pour le sport et l’aide à la personne est le côté relationnel. Je fais un sport individuel, mais celui-ci demande tout de même une part de collectif. Je ne suis pas uniquement une athlète qui court seul à sa compétition. Je suis une athlète entourée par un entraineur, par des professionnels de la santé, par ma famille et amis, et par des partenaires d’entrainements et de compétitions. Avec toutes ces personnes, je peux vivre les valeurs d’un collectif que l’on retrouve également dans le service d’aide à la personne. Le soutien, l’encouragement, le dépassement de soi, le progrès, le partage d’émotions. Dans ce métier, ce n’est pas les partenaires d’entrainements ou l’entraineur avec qui nous évoluons, mais avec toutes les personnes chez qui nous intervenons.

10) Quels ont été vos résultats aux championnats de France Espoirs d’athlétisme à Caen ? J’ai terminé 6e de ce championnat, avec un joli record personnel en finale !